JeuxiPhone.com

Site de news spécialisé dans les jeux iPhone

RPG

Avis | Répression sans frontières

[ad_1]

Alexander Cooley, directeur du Harriman Institute de l’Université de Columbia et co-auteur de « Dictators Without Borders », qui se concentre sur l’Asie centrale, a déclaré lors d’une audition au Sénat sur les outils de la répression transnationale en septembre 2019 que la vague actuelle de répression extraterritoriale est  » avant tout le résultat de la récente réaction mondiale contre la démocratisation », qui a produit « une race d’autocrate plus agressive et plus avisée ». Ces despotes ont recadré les opposants démocrates et les militants de la société civile comme des menaces à la sécurité et ont décidé de les poursuivre partout où ils fuient.

Ce qui rend la pratique particulièrement maligne, c’est qu’en poursuivant leurs critiques, les dirigeants autoritaires ont souvent adopté les outils et les arguments des démocraties libérales, donnant à leurs actions l’éclat de la légitimité ou du moins le prétexte que tout le monde le fait. La guerre mondiale contre le terrorisme lancée par les États-Unis à la suite des attentats du 11 septembre il y a deux décennies a fourni un outil rhétorique particulièrement pratique pour décrire les taons politiques comme des terroristes ou des extrémistes.

Interpol, l’organisation internationale de police criminelle, a été un outil particulièrement populaire des autocrates pour traquer leurs détracteurs. Bien qu’Interpol soit spécifiquement interdit dans sa constitution d’utiliser son système d’alerte pour des raisons politiques, selon un témoignage lors de cette audience du Sénat de 2019, le volume d’alertes d’Interpol a grimpé en flèche au cours des deux dernières décennies, et parmi leurs principaux utilisateurs figuraient la Russie, la Chine et des pays plus petits. des gouvernements illibéraux comme l’Azerbaïdjan, l’Égypte, l’Iran, l’Inde et le Venezuela. Le Tadjikistan, le plus petit des États d’Asie centrale, avec un gouvernement notoirement brutal, a émis à lui seul au moins 2 500 « notices rouges », la demande d’Interpol pour une assistance mondiale pour attraper un fugitif. La Russie est responsable de 38 % des notices rouges.

Les régimes autoritaires sont devenus plus avisés sur l’utilisation d’Internet et des médias sociaux pour traquer et espionner les dissidents. Ramzan Kadyrov, le chef sans vergogne brutal de la République tchétchène de Russie, n’a pas caché cela dans des remarques adressées à la diaspora tchétchène en 2016, déclarant : « Cette ère et cette technologie modernes nous permettent de tout savoir, et nous pouvons trouver n’importe lequel d’entre vous.

L’ironie est qu’une grande partie de cette technologie a été développée dans les démocraties pour les protéger contre des gens comme M. Kadyrov. Le mois dernier, le Washington Post et un certain nombre d’autres organes de presse ont rapporté que le logiciel espion sophistiqué Pegasus développé par le groupe israélien NSO a apparemment été utilisé par un certain nombre de gouvernements pour cibler des journalistes, des militants des droits humains et des citoyens privés. (NSO a contesté les conclusions de l’enquête.)

L’ambiguïté morale inhérente à une telle technologie rend difficile la réfutation de l’affirmation familière des hommes forts selon laquelle ils ne font que ce que les dirigeants des démocraties font régulièrement. La citation de M. Kadyrov ressemble étrangement à ce que l’attaché de presse de l’ancien président George W. Bush, Ari Fleischer, a déclaré après que la CIA a commencé à utiliser des drones armés pour frapper les terroristes : « Nous mènerons la guerre contre le terrorisme partout où nous en aurons besoin. « 

L’utilisation de frappes meurtrières de drones s’est considérablement accrue sous l’administration du président Barack Obama. Fin 2009, sa première année au pouvoir, la CIA avait mené sa 100e frappe de drones au Pakistan, un pays avec lequel les États-Unis n’étaient pas en guerre. Son administration a également ordonné le premier assassinat ciblé d’un Américain par drone sans procédure régulière, la frappe contre Anwar al-Awlaki, un imam yéménite américain, en 2011.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *