SEGA une nouvelle fois attaqué en justice pour les bornes d’arcade Key Master


Nouvelles affaires SEGA une nouvelle fois attaqué en justice pour les bornes d’arcade Key Master

L’arcade est un marché qui recule, et de nombreuses salles ferment leurs portes. Si les passionnés font vivre le secteur, les constructeurs historiques souffrent et certains doivent faire face à des actions en justice. C’est notamment le cas de SEGA, attaqué pour la gestion de sa borne Key Master.

SEGA une nouvelle fois attaqué en justice pour les bornes d'arcade Key Master

Key Master n’est pas un jeu vidéo, mais une machine offrant aux joueurs la possibilité de gagner des lots, dont certains sont de grande valeur. Les utilisateurs doivent guider une clé vers une serrure et, en cas de réussite, ils débloquent l’un des lots. Cependant, la borne fait régulièrement l’objet de poursuites depuis près de 10 ans. A chaque fois, les accusations sont les mêmes : la borne serait programmée pour ne débloquer les cadeaux qu’à certains moments, alors que le constructeur et les distributeurs avancent l’idée que la réussite ne repose que sur la maîtrise des joueurs. Hier, une nouvelle plainte a été déposée par un certain Marcelo Mutto devant un tribunal de Californie. Ce dernier réclame 5 millions de dollars de dommages et intérêts à répartir entre les joueurs qui s’estiment lésés, mais également l’affichage du caractère hasardeux de la borne sur les machines. Sega Amusements et Komuse America, qui fabrique les bornes, sont nommés dans la plainte.

Nulle part sur la Key Master Machine, les défendeurs n’informent les consommateurs de la vérité : que les machines sont truquées pour que les joueurs ne puissent gagner des prix qu’à certains moments.

Ainsi, le principal reproche fait par les plaignants est que Key Master n’est pas proposée en tant que jeu de hasard, et que cela est trompeur. Les avocats déclarent même avoir trouvé dans la notice de la borne une preuve qu’il n’est pas possible de seulement se reposer sur sa dextérité pour gagner quelque chose. Photographies à l’appui, les avocats indiquent qu’on peut lire que la borne « ne récompensera pas de prix tant que le nombre de tentatives du joueur n’aura pas atteint le seuil de tentatives défini par l’opérateur » au sein du manuel. Selon la plainte, le seuil de base serait de 700 tentatives, mais ce dernier pourrait être réglé par les exploitants. Key Master a été renommé Prize Locker par SEGA Amusements, qui propose des kits pour convertir la machine, ce qui, pour l’accusation, fait office d’aveu.

Les accusés ont refusé de cesser leur conduite trompeuse et continuent de fabriquer et de promouvoir les Key Master Machines comme des jeux d’adresse, par opposition aux machines de jeu illicites qu’elles sont vraiment. Ce refus et la commercialisation continue des Key Master Machines en tant que jeux d’adresse ne servent que les intérêts commerciaux des défendeurs, ont déclaré les avocats dans des propos relayés par Polygone.

Pour le moment, SEGA Amusements, SEGA et Komuse n’ont pas répondu aux diverses demandes d’informations envoyées par nos confrères nord-américains.

Crédits photos : M&P Amusement

Profil de MalloDelic,  Jeuxvideo.com

Par MalloDelic, Journaliste jeuxvideo.com

député



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *