Story Time », le chat star de Youtube ronronne en jeu vidéo




Créé sur Youtube en 2008 sous la forme d'une série de courtes vidéos d'animation, "Le chat de Simon" est devenu un phénomène sur Internet avec plus d'un milliard de vues. Après plusieurs livres, le célèbre matou blanc a droit à un jeu vidéo, "Le chat de Simon: l'heure du conte". Europe 1 s'est entretenu avec son créateur, Simon Tofield.


© Simon’s Cat Ltd.
Créé sur Youtube en 2008 sous la forme d’une série de courtes vidéos d’animation, « Simon’s Cat » est devenu un phénomène sur Internet avec plus d’un milliard de vues. Après plusieurs livres, le célèbre matou blanc a droit à un jeu vidéo, « Simon’s Cat : Story Time ». Europe 1 s’est entretenu avec son créateur, Simon Tofield.

C’est bien connu, les chats règnent sans partage sur Internet. Parmi les pionniers de cette domination féline, il y a Le chat de Simon, un gros matou blanc né en 2008 sur Youtube. D’abord héros d’une série de sketchs animés en noir et blanc, « le chat de Simon », qui n’a pas d’autre nom, a accumulé des millions de vues jusqu’à se balader dans des courts-métrages, dont certains en couleur. Sont ensuite venus des livres et tout récemment, un jeu vidéo : Le chat de Simon: l’heure du conte, sur Apple Arcade. L’occasion d’évoquer les neufs vies de ce chat attachant avec son créateur, Simon Tofield.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Le chat de Simon, une star à 1,2 milliard de vues sur Youtube

Britannique pur jus, Simon Tofield, animateur de métier, a créé le premier sketch de Le chat de Simon en 2008. « J’ai commencé par une vidéo d’un chat qui réveille un homme dans son lit et c’est devenu viral grâce à Youtube. J’ai fait une autre vidéo, puis encore une autre, etc. Et c’est tout de suite devenu un métier à plein temps », se souvient l’Anglais au micro d’Europe 1. Ces courtes scènes de vie banales sont centrées sur un félin « effronté, roublard et un peu trop bien nourri qui cherche en permanence un moyen d’avoir des croquettes ». « Et pour ça, il fait tourner en bourrique son pauvre maître », rigole Simon Tofield.

De fait, le maître, c’est lui ! Aujourd’hui âgé de 50 ans, il est l’heureux propriétaire de cinq chats qui lui servent de source d’inspiration. « C’est 50-50 entre réalité et exagération humoristique. Je prends beaucoup de comportements que les gens qui ont des chats vont reconnaître, par exemple quand ils appuient successivement leurs pattes avant sur une couette, et je les accentue », explique Simon Tofield. Mélange de comédie burlesque et d’humour anglais pince-sans-rire, la recette fonctionne puisque les vidéos de Le chat de Simon cumulent aujourd’hui 1,2 milliard de vues sur Youtube.

Un chat dessiné sous toutes les formes

L’autre force de Le chat de Simon, c’est son style graphique simple et immédiatement reconnaissable. En 13 ans, le chat n’a pas changé d’un iota. « Il est blanc parce que j’ai commencé par une vidéo en noir et blanc. Quand j’ai ajouté des couleurs, je l’ai gardé blanc parce que je trouvais que ça le faisait ressortir sur l’arrière-plan », précise Simon Tofield. Avec plus d’une centaine de vidéos au compteur, le matou capricieux donne du travail à son créateur. « Aujourd’hui, je réalise deux vidéos en même temps, sachant qu’une vidéo classique prend en moyenne cinq à six semaines. »



600 x 300 (1)


© Fournis par Europe 1
600 x 300 (1)

© Simon Tofield et son chat de fiction / Simon’s Cat Ltd.

Mais depuis quelques années, le Britannique a fait évoluer le monde de Le chat de Simon en allongeant les vidéos jusqu’à dix minutes et en ajoutant parfois de la couleur.  » J’ai ajouté d’autres personnages, d’autres chats inspirés par ma propre vie. Je ne me lasse jamais », assure-t-il. « J’en ai tiré des livres mais jamais je ne m’étais dit que ça pourrait faire un bon jeu vidéo », ajoute Simon Tofield. Quand le studio danois Tactile Games, spécialiste des jeux mobiles, lui a suggéré l’idée, il a donc été surpris. Le début d’une aventure inédite pour Simon et son chat.

Une histoire inédite de Le chat de Simon

Tactile Games a conçu un jeu en deux volets : d’un côté, un histoire narrative autour de Le chat de Simon, de l’autre, une mécanique de jeu de puzzles semblable à celle de Candy Crush. Le résultat, Le chat de Simon: l’heure du conte, disponible sur iPhone dans l’abonnement Apple Arcade, ne paye pas de mine mais se révèle agréablement sympathique sur la longueur.

Plus précisément, c’est l’histoire qui fait l’intérêt du jeu. « J’ai travaillé en faisant d’abord énormément de dessins pour les personnages, les maisons, les animaux. Puis je me suis impliqué dans l’animation pour m’assurer que les dessins prenaient vie comme il le fallait. Enfin, j’ai attaqué le scénario », retrace Simon Tofield. Pour une fois, l’histoire est davantage centrée sur Simon que sur son chat. En l’occurrence, il doit, avec l’aide de ses voisins, empêcher un promoteur immobilier de construire des immeubles à la place d’un parc abandonné.

Un habile mélange de puzzles et d’enquête

L’histoire est décomposée en tâches : parler avec quelqu’un, tailler une haie, nourrir les chats, construire une serre, etc. Il y a plusieurs jardins à explorer et à rénover avec, en fil rouge, un mystère à résoudre sur l’origine du parc. Simon, ses amis et ses chats mènent donc l’enquête entre deux tasses de thé, esprit Britanique oblige. « J’ai mis un peu de moi dans chaque lieu, c’est très personnel. Le plus génial a été de voir mes dessins s’animer aussi vite. Il y a quelque chose de fascinant à voir mes personnages, dont certains n’ont jamais dépassé l’étape du dessin 2D, bouger et prendre vie », se réjouit Simon Tofield.



600 x 300


© Fournis par Europe 1
600 x 300

L’autre facette de Le chat de Simon: l’heure du conte, ce sont les mini-jeux. Chaque tâche demande de l’énergie, représentée par des étoiles : deux étoiles pour planter des fleurs, trois étoiles pour construire un banc… Pour avoir des étoiles, il faut résoudre des puzzles sous forme de grilles de carrés de couleurs qu’il faut associer pour faire des combinaisons. Résoudre des puzzles, effectuer des tâches, résoudre des puzzles, effectuer des tâches… C’est un peu répétitif mais c’est comme ça que l’on avance dans l’histoire. Avec plus de 500 grilles, le jeu occupe facilement une grosse dizaine d’heures.

Après le jeu vidéo, le film Le chat de Simon ?

La proximité avec Candy Crush, guère réjouissante au début, s’intègre finalement bien à l’esthétique champêtre du jeu et à son rythme relaxant d’enquête en pantoufles. « J’étais sûr que tant que l’histoire plaisait aux joueurs et que les mécaniques de jeu étaient faciles à comprendre, le fait de ressembler à un autre jeu ne serait pas un problème. C’est parce qu’on a envie de connaître la suite que l’on enchaîne les parties. Je suis ravi du résultat », s’émerveille Simon Tofield.

Ce projet, bien plus vaste que ses vidéos habituelles, lui a aussi montré que l’univers de Le chat de Simon pouvait se prêter à des grands formats. Et pourquoi pas le cinéma. « Il ne faut jamais dire jamais ! Je n’aurais jamais imaginé faire un jeu mobile il y a encore quelques années. Le chat de Simon n’a jamais cessé de grandir donc il n’y a pas de barrière. Donc un film un jour oui, ce serait sympa », s’amuse Simon Tofield.

Une chose est sûre, son chat virtuel n’a pas fini de régner sur les écrans, petits ou grands.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *