4 sites de vaccination de masse COVID dans le Massachusetts fermeront d’ici la fin du mois de juin en tant qu’État


La conversation

Quels sont les caillots sanguins causés par le vaccin Johnson & Johnson COVID-19? Réponses à 4 questions

La pause sur le vaccin Johnson & Johnson a été levée le 23 avril 2021. SOPA Images / Light Rocket via Getty Images Deux vaccins – le vaccin Johnson & Johnson aux États-Unis et le vaccin AstraZeneca en Europe – ont été associés à un risque accru de type rare de caillot sanguin. Les chercheurs étudient les causes de ces caillots et commencent à proposer des réponses. Le Dr Mousumi Som, professeur de médecine à l’Oklahoma State University, explique ce que sont ces rares caillots et comment ils se forment après que les gens se font vacciner. 1. Quels sont les caillots sanguins? Un petit nombre de personnes aux États-Unis ont développé des caillots sanguins dangereux après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson. Les caillots se sont principalement produits dans le cerveau des personnes et, paradoxalement, sont associés à une faible numération plaquettaire. Normalement, les plaquettes aident une personne à arrêter de saigner lorsqu’elle se blesse. Si vous avez une coupure ou une blessure, le corps réagit en envoyant des plaquettes qui agissent comme un patch temporaire. Le patch attire d’autres plaquettes et elles collent ensemble pour arrêter la perte de sang. Étant donné que les plaquettes aident normalement le processus de coagulation, cette combinaison de plaquettes faibles et de coagulation extrême rend ces caillots médicalement inhabituels. Ces types spécifiques de caillots – appelés thrombose du sinus veineux cérébral – bien que rares, affectent environ deux à cinq personnes par million par an et sont potentiellement mortelles sans traitement. Les vaccins ne sont normalement pas un déclencheur pour ce type de caillot. 2. Qui a ces caillots? Au 24 avril 2021, sur les 8 millions de personnes vaccinées avec le vaccin Johnson & Johnson aux États-Unis, environ 16 personnes ont développé ces caillots sanguins. Les caillots sont survenus de six à 13 jours après la vaccination, et la majorité était chez des femmes âgées de 18 à 48 ans. Le 26 avril 2021, des reportages ont indiqué qu’au moins un homme avait développé un caillot. L’homme est dans la trentaine et a été hospitalisé à cause d’un caillot dans sa jambe environ deux semaines après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson. Les responsables de la santé en Europe ont également signalé que le vaccin AstraZeneca – un vaccin COVID-19 autorisé et approuvé en Europe mais pas aux États-Unis – a provoqué environ 200 cas de coagulation à faible taux de plaquettes. Il est important de noter que le vaccin Johnson & Johnson et le vaccin AstraZeneca utilisent un type de virus inoffensif appelé adénovirus pour fournir des instructions au corps humain sur la façon de créer une réponse immunitaire au COVID-19. C’est ce qu’on appelle un vaccin à vecteur viral. Le fait que les deux vaccins utilisent un vecteur viral et qu’ils soient tous deux associés à des caillots sanguins a conduit de nombreux experts de la santé à penser que les problèmes de coagulation des deux vaccins peuvent partager le même mécanisme. 3. Pourquoi les femmes ont-elles plus de caillots que les hommes? À ce stade, les médecins ne savent toujours pas ce qui rend les femmes plus sensibles que les hommes, ni ce qui expose une personne à ces caillots. Ces caillots peuvent survenir, bien que rarement, chez les personnes qui ne se font pas vacciner. Les scientifiques savent que les femmes sont trois fois plus susceptibles de développer ce type de caillot sans recevoir le vaccin. De nombreux chercheurs pensent que cela est dû au contrôle des naissances ou à d’autres substituts hormonaux que les femmes prennent. 4. Pourquoi les vaccins peuvent-ils provoquer des caillots sanguins? Les chercheurs pensent que cette coagulation spécifique à faible taux de plaquettes est similaire à une réaction que certaines personnes ressentent lorsqu’elles reçoivent un anticoagulant appelé héparine, appelée thrombocytopénie induite par l’héparine. Les médecins utilisent parfois l’héparine pour fluidifier le sang d’une personne en cas de crise cardiaque ou de caillot sanguin lorsque la circulation sanguine doit être rétablie. Mais certaines personnes éprouvent la réaction inverse, et leur sang finit par coaguler davantage à la place. Cela se produit parce que le corps déclenche une réponse immunitaire indésirable après avoir reçu de l’héparine. Chez ces patients, l’héparine se fixe à un produit libéré par les plaquettes appelé facteur plaquettaire 4. Lorsque cela se produit, le système immunitaire considère le facteur plaquettaire combiné 4 et l’héparine comme un problème, il crée donc des anticorps en réponse. Ces anticorps se fixent au complexe héparine et facteur plaquettaire 4, et le corps – qui pense maintenant qu’il a besoin de réparer une blessure – provoque plus de coagulation tout en utilisant encore plus de plaquettes. Cela se traduit par une faible numération plaquettaire observée chez ces patients. Lorsque les médecins ont examiné le sang de patients qui ont développé des caillots après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson ou AstraZeneca, il ressemblait beaucoup au sang de personnes ayant une réaction de coagulation à faible taux plaquettaire à l’héparine. Cela a conduit les scientifiques et les médecins à croire que le même processus pourrait conduire à ces caillots causés par les deux vaccins. Cet article est republié à partir de The Conversation, un site d’information à but non lucratif dédié au partage d’idées d’experts universitaires. Il a été écrit par: Mousumi Som, Oklahoma State University. En savoir plus: Redémarrage du vaccin Johnson & Johnson COVID-19: un médecin explique pourquoi les avantages l’emportent de loin sur les risques Non, les effets secondaires du vaccin ne vous indiquent pas dans quelle mesure votre système immunitaire vous protégera du COVID-19 Mousumi Som fonctionne dans l’État de l’Oklahoma Centre universitaire des sciences de la santé. Elle a reçu un financement d’Eli Lilly et du NIAID pour la recherche liée aux médicaments sur les traitements COVID. Elle est affiliée au National Board of Osteopathic Medical Examiners et à la Osteopathic Founders Foundation. .



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *