Imitation Game : Morten Tyldum s’en sort avec les honneurs [critique]


Benedict Cumberbatch se glisse dans la peau du mathématicien de génie Alan Turing.

Jeu d’imitation, de Morten Tyldum, reviendra ce soir sur C8. L’histoire ? 1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable. À la tête d’une équipe improbable de savants, linguistes, champions d’échecs et agents du renseignement, Turing s’attaque au chef-d’œuvre de complexité dont la clef peut conduire à la victoire. Imitation Game relate la façon dont Alan Turing, soumis à une intense pression, contribua à changer le cours de la Seconde Guerre mondiale et de l’Histoire. C’est aussi le portrait d’un homme qui se retrouva condamné par la société de l’époque en raison de son homosexualité et en mourut.

Imitation Game : 10 choses à savoir sur Alan Turing et Bletchley Park

Cinéaste remarqué dans son pays natal notamment grâce au succès public Chasseurs de têtes, le Norvégien Morten Tyldum signait son premier film hollywoodien en 2014 avec cet Jeu d’imitation qui revient sur le destin d’Alan Turing, l’un des pères de l’informatique moderne dont le génie se révéla décisif dans le combat des agences de renseignement pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il est ici incarné par Benedict Cumberbatch, le Sherlock Holmes de la BBC. Le résultat, d’un académisme solide, avait convaincu dans l’ensemble Première à sa sortie en salles : « Hormis le fait qu’il sert d’évident tremplin à Oscar pour Benedict Cumberbatch, Imitation Game frappe fort par la seule puissance de son sujet. Alan Turing était effectivement un mathématicien d’exception dont les travaux ont largement contribué au progrès de l’informatique. Son suicide absurde, lié à une condamnation pour homosexualité, choque encore aujourd’hui. Le film adopte judicieusement le point de vue de l’enquêteur en dévoilant d’abord une vérité cachée pour raison personnelle (l’homosexualité), avant d’en découvrir une autre restée secrète pour raison d’État (le génie scientifique). Pour son premier long métrage, Morten Tyldum s’en sort avec les honneurs, en dépit d’une tendance à alourdir certaines scènes en les surchargeant d’informations. Benedict Cumberbatch profite de sa liberté de mouvement pour s’assurer, au risque d’en faire trop, que sa performance ne passera pas inaperçue. »

Plus gros succès de la production indépendante en 2014 avec plus de 230 millions de dollars de recettes, Jeu d’imitation rencontra un vif succès partout dans le monde (un peu plus d’un million d’entrées en France) et décrocha sept nominations aux Oscars, repartant avec celui du Meilleur scénario adapté.

Bande-annonce :

Les films « inspirés d’une histoire vraie » sont-ils réellement fidèles à la réalité ?





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *