La transformation ne se termine jamais, déclare le nouveau directeur du numérique


Jason Szczuka tackles new role at Bon Secours Mercy Health.

Le nouveau Chief Digital Officer (CDO) de Bon Secours Mercy Health n’est pas étranger au titre, l’ayant détenu auparavant à Cigna pendant deux ans. Jason Szczuka a assumé le premier rôle défini de Bon Secours le 8 juillet, dirigeant les efforts numériques du système de 50 hôpitaux et sept États dont le siège est à Cincinnati. « Un directeur du numérique est quelque chose de différent pour chaque entreprise, en fonction de la vision existante de la haute direction de cette entreprise, ainsi que de la culture et des capacités sous-jacentes de cette organisation », déclare Szczuka. L’innovation et les services numériques sont cependant un fil conducteur. Szczuka relève du directeur général John Starcher, Jr. et a pris le temps de répondre aux questions de HealthLeaders.

Jason Szczuka est le directeur numérique de Bon Secours Mercy Health. Photo gracieuseté de Bon Secours Mercy Health.

Cette transcription a été modifiée pour plus de clarté et de concision.

HealthLeaders : Dans quelle mesure la transition en cours des soins axés sur la pandémie aux soins hybrides post-pandémie, certains en personne, d’autres à distance, a-t-elle défini votre nouveau poste et vos nouvelles responsabilités ?

Jason Szczuka : Ce sont deux choses très différentes. Parce que toutes les organisations ne le font pas. La réalité est, cependant, qu’il y a trop d’espaces blancs émergents pour dire que mon rôle a une définition réelle ou un ensemble de responsabilités aujourd’hui. Ce que je dirai, c’est que nous avons l’obligation d’étendre les soins de qualité à des forums plus pratiques, connectés et cohérents, afin que nous puissions optimiser la santé et le bien-être d’un patient, qu’il soit en personne, en ligne ou une combinaison des deux à la maison .

HL : Il existe une fracture numérique dans les soins de santé que la pandémie semble avoir mis en évidence. Les personnes qui ont des téléphones portables ou une bonne idée de la façon d’utiliser votre site Web ont été assez bien prises en charge, par rapport à d’autres personnes qui ne sont peut-être pas aussi douées en numérique. Un directeur du numérique ne résoudrait-il pas cette fracture ?

Szczuka : C’est un vrai problème. Et cela devient un problème plus important, que la pandémie a mis en évidence. Nous utilisons toujours le terme équité en santé. Nous devons être plus directs et penser aux marchés pauvres et mal desservis qui sont les plus menacés du mauvais côté de cette fracture numérique. Ce n’est pas parce qu’une personne n’a pas le dernier iPhone dans sa poche ou à son poignet que les technologies avancées ne peuvent pas l’aider. La fracture numérique n’est pas une excuse pour ne pas travailler pour ces populations.

HL : Que signifie le terme transformation numérique signifie pour vous?

Szczuka : Quand je pense à la transformation, c’est plus la culture, c’est fluide et c’est toujours vert. Vous ne vous êtes jamais transformé. Vous êtes toujours en train de vous transformer. Et si vous vous transformez constamment, il devient alors beaucoup plus facile de déterminer quels sont les services hors ligne ou obsolètes que nous pouvons numériser, et deuxièmement, où pouvons-nous innover pour créer quelque chose de nouveau aujourd’hui qui n’existait pas hier. Ce n’est qu’en acceptant ce qu’est la transformation que je pense que vous aurez jamais un succès significatif dans ces autres domaines.

HL : Les grands systèmes de santé continuent de se débattre avec des mandats pour mettre en œuvre l’interopérabilité des données entre eux, les institutions de santé publique, les payeurs et le gouvernement. Le Chief Digital Officer a-t-il un rôle à jouer à cet égard, puisqu’un aspect de l’interopérabilité est la conception intuitive, ou son absence ? C’est une chose à dire, nous pouvons relier cela à cela, mais si l’expérience du patient est terrible, qu’avez-vous accompli ?

Szczuka : Vous touchez à une partie importante de l’interopérabilité dont personne ne parle encore vraiment dans ces grandes institutions de santé. Il y a la première phase que tout le monde traverse : respectons-nous. Et puis la phase deux : maintenant, produisons. Aucun CDO ne doit être présent pour la phase de conformité. Mais si jamais vous ne faites qu’effleurer la surface de l’accomplissement de ce que l’interopérabilité est censée faire, le CDO n’a pas seulement un rôle à jouer, il a un rôle de premier plan à jouer. Parce que si l’apport de cette interopérabilité ne se retrouve jamais dans les solutions, et par conséquent, la prise de décision des parties prenantes qu’elle désigne ne sert à rien, ce ne sera que des données qui se dérouleront dans la forêt. Et personne ne prendra jamais une décision qu’il n’aurait pas prise autrement à cause de cela. C’est, pour moi, la partie critique de l’interopérabilité, que nous n’en sommes pas encore là. Je ne dis pas qu’il a été consciemment ignoré. Il y a tellement de travail pour arriver à la conformité, et cela ne commence même pas à résoudre les problèmes d’interopérabilité entre les différentes institutions pour le moment.

HL : On suppose tellement de nos jours que les données sont en assez bon état pour faire toutes sortes de choses merveilleuses avec elles, telles que l’analyse, l’apprentissage automatique et l’IA. Mais si vous vous basez sur des données qui ne sont pas propres, vous construisez sur un château de cartes.

Szczuka : L’interopérabilité est l’ultime responsabilité de la collaboration, en ce sens que vous devez savoir que ce que vous mettez dans les tuyaux de notre système est suffisamment fiable pour que quelqu’un d’autre puisse l’utiliser aveuglément. Déchirons le pansement et appelons-le comme il est. Il n’y a pas d’organisation, à l’exception peut-être de l’ensemble de données le plus récent, basé sur des applications, très peu profond et à très petite portée, que quelqu’un pourrait avoir là où il sait en fait que c’est assez propre. Personne n’est encore là. Ainsi, au fur et à mesure que nous développons des choses à Bon Secours Mercy Health, nous allons les développer à partir d’un état d’esprit selon lequel elles seront utilisées par tous les participants de notre industrie, y compris ceux que vous considéreriez comme nos concurrents. J’aime le fait que le gouvernement fasse cela, car cela nous oblige tous à prendre rapidement au sérieux nos données. Et donc, j’ai vu des améliorations spectaculaires chez les payeurs, j’ai vu des améliorations spectaculaires chez les prestataires, et j’ai également vu de plus grandes capacités chez les acteurs axés sur les patients/consommateurs.

HL : Quel est votre plan de match ? Comment allez-vous exécuter ? Qu’allez-vous mesurer ? Quels sont les objectifs que vous vous fixez ?

Szczuka : À Bon Secours, je suis maintenant en mesure de mettre une extension numérique sur une base de ce qui a été historiquement reconnu comme un soin phénoménal. Ce que nous n’avons pas encore, c’est une compréhension réelle des KPI d’une entreprise de santé numérique à travers laquelle ces soins sont étendus. Donc avant tout, je vais établir où nous en sommes aujourd’hui. A quoi ressemblent ces KPI ? Tout, de l’engagement des patients aux résultats cliniques, aux économies de coûts, au consommateur et à son promoteur de régime dans son ensemble. Ce n’est qu’en le mesurant que nous allons l’améliorer, afin que je puisse déterminer quelles sont les solutions numériques et les connexions qui amélioreront ces KPI, [and] avons une feuille de route disciplinée à partir de laquelle nous opérons et exécutons.

HL : Nous avons souvent entendu dire que ce serait une belle journée lorsque nous éteindrons les télécopieurs. On se demande si c’est réaliste. Peut-être que, d’une manière ou d’une autre, ils vont s’adapter comme tout le reste, et nous ne perdrons pas le télécopieur. Nous ne le reconnaîtrons tout simplement pas.

Szczuka : Nous ne perdrons jamais le télécopieur, pour de bonnes raisons. Ceux qui prennent des risques dans les soins de santé sont, ironiquement, très hostiles au risque. Ils auront toujours un télécopieur installé là comme sécurité intégrée. Mais là où il disparaîtra, c’est quand personne d’autre ne les possède. Mais le besoin de la certitude d’un télécopieur sera toujours là. Ainsi, vous ne pouvez pas le fermer en tant que canal tant qu’il n’est pas remplacé de manière égale ou supérieure par quelque chose d’autre. Et nous en sommes loin.

Scott Mace est un écrivain collaborateur pour HealthLeaders.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *