L’icône de la musique de jeu TheFatRat parle du nouveau single « Cacher dans le bleu » et taquine l’album « PARALLAX » — Flaunt Magazine


Ramène-nous à l’époque où tu as réalisé « Unity » en 2014. Les plus beaux souvenirs ?

J’ai fait la chanson et j’ai dit « Je l’aime, mais je ne sais pas si quelqu’un d’autre l’aimera ou non. » Parce que c’était si différent de tout ce qui était sorti en ce moment, aussi si différent de tout ce que j’avais fait auparavant. J’avais vraiment peur de sortir la chanson. Je pensais que tout le monde dirait « Qu’est-ce que c’est? » Je l’ai publié et heureusement, les gens ont réagi assez positivement.

Pensiez-vous qu’il exploserait comme il l’a fait? Il compte plus de 208 millions de vues sur Youtube.

Non! Je me souviens que la libération était la pire chose que vous puissiez faire. J’ai mis la vidéo sur Youtube sur une chaîne avec 6 000 abonnés. Par exemple, je ne l’ai même pas publié sur Spotify ou Apple Music. Il n’y a pas eu de libération. Je ne l’ai sorti qu’un an et demi plus tard, ce qui est la pire chose que vous puissiez faire pour une chanson. Habituellement, vous éteignez tout en même temps, donc vous avez ce battage médiatique et ce buzz, mais ce qui est fou avec « Unity », c’est qu’il ne cesse de grandir. 2020 a donc été la meilleure année que nous ayons jamais eue pour « Unity ».

Pourquoi donc?

Je ne sais pas, ça continue de devenir de plus en plus viral. Ce n’est pas comme s’il y avait eu une bosse une fois, puis c’est fini. Chaque année, il a plus de jeux que l’année précédente sur Spotify et toutes les autres plateformes. À un moment donné, il pourrait y avoir des jeux infinis par an.

Quelle est la clé pour être présent sur Youtube ?

Je n’ai vraiment pas de plan directeur. Je le partagerais avec plaisir, mais je viens de mettre de la musique. Je mets tellement de travail dans la musique que je fais. Pour moi, c’est ma recette personnelle là-bas. Je sors une chanson sur 20. Je fais tellement de chansons, je ne finis que celles que j’aime vraiment. Je passe des mois à finir ces chansons jusqu’à ce que j’en sois vraiment content. De temps en temps, ils deviennent viraux, mais pas toutes les chansons.

Le nouveau disque « Hiding in the Blue » est maintenant disponible. Qu’est-ce qui t’excite le plus ?

J’aime vraiment la chanson parce qu’au moins mes fans diront « D’accord, c’est typique d’une chanson de FatRat. » En même temps, ils diraient que c’est nouveau. C’est un nouveau style. C’est toujours ce que je vise : innover, mais en même temps le rendre toujours reconnaissable pour moi.

Comment est née la collaboration avec RIELL ?

Elle m’a contacté et m’a dit qu’elle aimerait travailler, m’a envoyé des chansons. J’ai dit « Non, ces chansons ne correspondent pas vraiment. Je cherche plus dans cette direction. Elle est revenue avec quelques chansons supplémentaires, tout comme le briefing que je lui ai donné, j’ai dit « D’accord, c’est cool, mais ce n’est toujours pas assez unique. » J’ai eu un appel avec elle et lors de l’appel, nous avons dit « Peut-être faire beaucoup d’idées, des idées approximatives, mais beaucoup d’entre elles. » Une semaine plus tard, elle revient avec 40 idées. Elle le tuait. J’ai été vraiment, vraiment impressionné par son attitude. Elle était tellement détendue et amusante à la fois : « Ouais cool, allons-y. » C’était tellement cool sur la partie Skype, l’appel Zoom. C’était super amusant avec elle. Je l’ai invitée à Dubaï où j’étais à l’époque pendant 2 semaines, nous avons travaillé pendant 2 semaines à écrire une nouvelle chanson et « Hiding in the Blue » en faisait partie.

Comment choisissez-vous généralement avec qui collaborer ?

Je reçois des tonnes de demandes de personnes avec des idées et des chansons, mais la décision est très chaotique et émotionnelle. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de stratégie ou quoi que ce soit du genre. Quand ça clique, ça clique. En général, je suis très attentif à tout ce que je pense être amusant. Parce que quand je pense que c’est amusant, les gens vont probablement aimer ça.

Que peut-on attendre du prochain album, PARALLAXE?

La chose à propos PARALLAXE c’est 10 chansons, mais les 10 chansons ensemble racontent une histoire. Surtout avec les illustrations, c’est une histoire cohérente qui traverse les 10 chansons. Chaque chanson a sa propre illustration qui sera déjà diffusée sur Youtube et sur les réseaux sociaux partout. Je voulais en faire plus un corps de travail plutôt que de jeter des chansons ensemble.

Pourquoi l’as-tu nommé PARALLAXE?

Le sujet de l’album est de savoir comment les choses se présentent complètement différemment selon votre point de vue, et PARALLAXE décrit cela. Vous regardez quelque chose, puis vous passez à une autre perspective et vous voyez quelque chose de complètement différent. C’est ce que le mot PARALLAXE décrit.

À quelle fréquence êtes-vous en ligne ou non ?

Je suis sur l’ordinateur tout le temps, [laughs] mais pas tellement en ligne sur les réseaux sociaux parce que je fais presque tout le temps de la musique. Je suis beaucoup trop peu sur les réseaux sociaux : Instagram, Twitter et toutes ces choses. « Oh merde, je devrais probablement faire un post. Je n’ai pas posté depuis 2 semaines. C’est généralement ce qui m’arrive. Je rencontre ma fanbase une fois par semaine, tous les vendredis. Nous nous rencontrons sur Discord, ils peuvent poser des questions dans le chat et je leur réponds via le chat vocal. C’est incroyable parce que j’apprends tellement de mes fans. Pour eux, c’est aussi bien parce qu’ils sont proches de moi.

Parlez de votre approche pour lever les restrictions du droit d’auteur sur votre musique.

Ça a commencé quand je faisais ces remixes. J’ai fait quelques remix officiels et ces choses de blocage géographique étaient incroyablement ennuyeuses. Je peux vous dire que l’une des raisons pour lesquelles ils l’ont publié en premier au Royaume-Uni – les choses étaient sur Hype Machine, donc les gens au Royaume-Uni ont blogué à ce sujet. D’autres personnes aux États-Unis lisaient à ce sujet et ont demandé « Hé, où puis-je obtenir le remix ? » J’ai dit : « Je ne sais pas, apparemment ils ne l’ont jamais diffusé dans votre pays. Ou peut-être plus tard.

Je pense vraiment que la musique doit être accessible aux gens qui veulent l’entendre, c’est la chose la plus importante. Je ne suis pas contre le droit d’auteur, pas du tout, mais vous ne devriez pas protéger vos chansons de vos fans. C’est une chose différente. Les chansons devraient être disponibles pour les fans. Ils devraient être disponibles pour les personnes qui veulent faire preuve de créativité parce que cela ajoute de la valeur pour eux et cela ajoute de la valeur pour moi. Quand les gens remixent mes chansons, c’est super pour eux et c’est en même temps une promotion pour moi. Alors pourquoi ne pas les laisser les remixer ? Pourquoi tout protéger comme si cela vous faisait du mal ?

Quels sont les éléments essentiels dont vous avez besoin en studio à tout moment ?

Pas surpris, j’ai besoin de café. [laughs] A part ça, je suis très minimaliste. Je travaille uniquement sur mon ordinateur portable et c’est tout. iPhone, ordinateur portable, c’est comme ça que je travaille. C’est comme ça que j’ai fait la plupart de l’album. Il y a des images de quand nous travaillons : un ordinateur portable, des écouteurs, un microphone, du café et c’est tout.

Quelle est votre chose préférée à faire avec vos enfants ?

Jouer à Super Mario, vraiment bien en ce moment. Nous avons collecté 999 lunes sur Super Mario Odyssey, et maintenant nous sommes sur Super Mario World. Nous avons presque complètement terminé le jeu : ce qui signifie que nous n’avons pas seulement sauvé ces petites fées, mais nous avons presque récupéré toutes les étoiles à chaque niveau. Atteint le mât de drapeau à chaque niveau et collecté tous les timbres que vous pouvez collecter. Nous sommes très perfectionnistes là-bas.

Qui écoutez-vous ? Quels sont vos artistes préférés ?

Récemment, j’ai découvert des bassistes fous sur Audius, comme Chmura. C’est comme du dubstep, mais lo-fi. Ils ont des trucs fous sur Audius. Des trucs que plus de gens savent, j’aime vraiment Queen. La chanson préférée de Queen est « Somebody to Love ». Ils font de la musique complexe à l’intérieur, mais simple à l’extérieur. C’est vraiment inspirant pour moi.

Quelle est la chose que les fans ne savent peut-être pas sur vous ?

La plupart de mes fans sont surpris que je sois allemand. J’ai un petit accent, mais la plupart des gens ne connaissent que ma musique et peut-être quelques images. À un moment donné, quand ils m’entendent parler, ils me disent « Attends, c’est quoi cet accent ? Est-il allemand ? Ils sont assez surpris.

Des objectifs pour vous à ce stade de votre carrière ?

Pas tellement. J’ai mon objectif personnel que je veux m’améliorer en tant que producteur de musique. C’est la chose la plus importante pour moi, il suffit d’apprendre. C’est cette drôle de chose que plus vous apprenez, plus vous devenez conscient du peu que vous en savez. Il y a 20 ans, je pensais connaître environ 50% de la musique. Il y a 10 ans, je pensais connaître 10% de la musique. Aujourd’hui, je connais 1% de la musique. Il y a toujours tant à apprendre.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *