Epic Games : Apple demande d’examiner une décision de la Cour suprême


L’équipe juridique d’Apple a déposé une décision de la Cour suprême des États-Unis sur la NCAA auprès du juge chargé du procès contre Epic Games.

Jeux épiques contre Apple

Les avocats affirment que cette décision fournit des orientations que le juge devrait prendre en compte avant de prendre une décision sur le sort de l’App Store.

Le procès entre Apple et Epic s’est terminé en mai, les deux parties attendant une décision sur l’affaire de la juge Yvonne Gonzalez Rogers. En attendant, les avocats d’Apple tentent de profiter d’une décision de la Cour suprême pour porter l’affaire de leur côté.

Le dossier fait référence à la décision de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) dans l’affaire contre Alston. La décision du 21 juin est intégralement jointe au document adressé au juge Rogers : « L’avis de la Cour suprême donne des orientations sur plusieurs questions dans cette affaire, notamment l’analyse des justifications commerciales pro-concurrentielles, des alternatives sensiblement moins restrictives aux restrictions contestées et aux recours », écrivent les avocats d’Apple.

Dans cette décision, la Cour suprême a rejeté l’idée que la NCAA était à l’abri de la loi antitrust fédérale. La décision unanime a établi que les tentatives de la NCAA de limiter l’indemnisation des étudiants-athlètes, dans le seul but de continuer à les classer comme amateurs, devraient être soumises à une analyse des règles de raison qui s’appliquent aux affaires antitrust.

La règle de raison est une doctrine juridique utilisée pour interpréter le Sherman Antitrust Act, l’une des pierres angulaires de la loi antitrust des États-Unis. Alors que certaines actions telles que la fixation des prix sont considérées comme illégales en soi, d’autres actions, telles que la possession d’un domaine monopolistique, doivent être analysées selon la règle de la raison et ne sont considérées comme illégales que lorsque leur effet restreint de manière déraisonnable le commerce dans un secteur donné.

Avec la décision invoquée par les avocats d’Apple, la Cour suprême a déclaré que les tribunaux devaient être très prudents et garder à l’esprit la règle de la raison. Selon les experts, la décision pourrait aider Apple, car en fait, son monopole sur l’App Store n’a pas empêché d’autres entreprises de commercialiser des applications.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *