“Taiko no Tatsujin Pop Tap Beat”, le plaisir tambour battant


Très populaire au Japon depuis vingt ans, cette licence de jeu de rythme débarque sur Apple Arcade pour mettre à rude épreuve nos capacités à suivre la cadence d’un tempo musical toujours plus frénétique. Sans surprise, l’expérience se révèle accrocheuse et hilarante. Dès 7 ans.

Les joueurs les plus nippophiles ont probablement déjà croisé les immenses percussions enchâssées dans les bornes d’arcade aux couleurs criardes de Taiko no Tatsujin. Véritable institution au Japon, cette série conjugue la pratique du « taiko », le grand tambour traditionnel, avec l’urgence compétitrice du jeu de rythme, ô combien prisé là-bas. Phénomène des salles d’arcade bruyantes, elle s’est ensuite implantée dans l’intimité des foyers en se déclinant sur toutes les consoles japonaises au cours des vingt dernières années.

Son arrivée sur le service d’abonnement Apple Arcade constitue une occasion de toucher plusieurs centaines de millions de détenteurs d’iPhone et d’iPad avec Taiko no Tatsujin Pop Tap Beat. Et pour cause : le mariage semble couler de source entre la technologie tactile et la nature intrinsèquement percutante de son gameplay.

Taiko no Tatsujin Pop Tap Beat repose sur un sens du rythme et une conservation de la cadence à toute épreuve…

Taiko no Tatsujin Pop Tap Beat repose sur un sens du rythme et une conservation de la cadence à toute épreuve…

Divertissement Bandai Namco

Deux doigts et sens du tempo exigés

La prise en main s’effectue en quelques minutes tant elle est instinctive. Comme tout bon jeu de rythme, le cœur de Pop Tap Beat est contenu dans une petite barre traversant le haut de l’écran de part en part, sur laquelle défilent des pastilles régies par un code de tailles et de couleurs. Quatre variantes de frappe sont possibles. Les petites ne font appel qu’à un seul doigt tandis que les grosses nécessitent un appui simultané et en cadence de deux. Les rouges correspondent à une frappe profonde à l’intérieur du tambour, les bleues, à l’extérieur afin de produire une sonorité nettement plus métallique.

Taper du doigt la peau du tambour située au bas de l’écran, et ce pile-poil au moment où les pastilles entrent dans la petite zone de contact constitue la mécanique centrale de Pop Tap Beat. Conserver la cadence pendant le temps d’une chanson influe sur le score final, indexé sur un niveau de difficulté parmi quatre. Au-delà du mode normal, il est impératif de développer un sens poussé du rythme et de l’anticipation pour atteindre le palier de validation du niveau, voire viser un pourcentage de réussite élevé via une synchronicité proche de la perfection car Pop Tap Beat ne fait pas de cadeau.

Pour ce faire, Pop Tap Beat peut compter sur un catalogue musical ratissant large, entre les créations originales, les génériques de dessins animés japonais comme Dragon Ball et Capitaine Tsubasa, et les indémodables de la musique classique. La sélection est épaulée par un habillage visuel suffisamment hilarant dans ses clichés et sa frénésie assumés pour rendre le titre aussi plaisant à regarder pour le spectateur passif que terriblement perturbant aux yeux des joueurs mal en point après une transition mal négociée vers le mouvement emporté du Carmen de Georges Bizet. De quoi relativiser son éventuel échec tout en se forgeant une culture musicale dans une bonne humeur communicative…



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *