Se souvenir des jeux classiques: World Rally (1993)


Avant l’arrivée de Sega Rally, c’était aussi réaliste que les jeux de rallye d’arcade. World Rally a opté pour une vue de haut en bas mais a massivement bénéficié d’un sprite principal qui a été numérisé directement à partir des photos d’une Toyota Celica GT-Four. Ou du moins des photos d’un modèle réduit d’une Toyota Celica GT-Four, c’est difficile à dire à cette résolution.

Le jeu contenait également des échantillons audio numérisés incroyablement rauques d’un véritable moteur de rallye et lorsque vous avez laissé tomber votre pièce de monnaie dans la machine, vous avez eu droit au même son de démarrage que Carlos Sainz Snr aurait entendu au début d’un journée au bureau.

C’est cet audio qui a vraiment vendu le fantasme. Vous avez été traité au ralenti pendant que vous attendiez le compte à rebours, les pneus ont été correctement torturés alors que vous vous glissiez sur l’asphalte cuit au four de San Remo et le moteur s’est mis à tourner de façon spectaculaire chaque fois que vous lanciez la voiture sur un crissement. Quand tout le reste dans la piste de bowling émettait des bips et des bloops abstraits, c’était un gros problème.

Alors que l’action était apparemment vue du point de vue d’un moineau de passage, le World Rally offrait toujours une authenticité admirable pour l’époque. Les rallyes classiques, y compris le Monte et l’Acropole, étaient présents et corrects, il y avait des itinéraires de surface mixtes et même des étapes de nuit où vous deviez naviguer par les éclaboussures limitées de vos phares. La seule chose qui manquait était Tony Mason dans sa casquette plate qui attendait avec impatience la ligne d’arrivée.

Certes, le cabinet n’avait qu’une seule pédale, l’accélérateur, mais franchement c’est tout ce qu’il fallait pour initier les plus grandes glissades de ce côté d’un parc aquatique floridien. Écrasez cette pédale à plat et votre petite boîte à jouets Celica sifflait autour de séquences de plus en plus rapides de chicanes, d’épingles à cheveux et, l’ennemi naturel de la voiture de rallye: de gros tas de bûches.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *