«The Last of Us Part II», grand gagnant des Game Awards


Les années précédentes, les Game Awards avaient récompensé « Dragon Age Inquisition », « The Witcher 3 », « Overwatch », « Zelda : Breath of the Wild », « God of War » ou encore « Sekiro ».

Pour la septième année d’affilée, les Game Awards, qui se rêvent une fois de plus en cérémonie des Oscars des jeux vidéo, a décerné, dans la nuit du 10 au 11 décembre, ses prix à certains des jeux les plus marquants de l’année 2020.

Sans surprise, c’est The Last of Us Part II, blockbuster made in Sony et véritable chant du cygne de la PlayStation 4, qui a décroché le prix du meilleur jeu de l’année. Il repart aussi avec le prix du meilleur jeu d’action-aventure, de la meilleure réalisation, de la meilleure narration, du meilleur design audio, de la meilleure innovation en matière d’accessibilité et de la meilleure performance pour l’actrice Laura Bailey, qui y incarne le personnage d’Abby.

Lire aussi : Notre test de « The Last of Us Part II », un jeu violent, parfois pontifiant, toujours renversant

Autre grosse sortie de l’année, Remake de Final Fantasy VII a, quant à lui, décroché les prix du meilleur jeu de rôle et de la meilleure bande originale, tandis que Fantôme de Tsushima (Sony) repart avec le prix de la meilleure direction artistique ainsi que le prix du public. Le dernier d’entre nous, Final Fantasy, Fantôme de Tsushima : trois jeux exclusivement sortis sur PlayStation 4, témoin de la domination de Sony en matière de sortie de jeu lors de cette année 2020.

Mais les jeux indépendants n’ont pas été en reste cette année. Parmi Us (pourtant sorti en 2018, mais redécouvert par le public cette année à la faveur du confinement) a ainsi reçu les prix du meilleur jeu multijoueur et celui du meilleur jeu mobile, tandis qu’Enfers, production du studio Supergiant Games, a reçu, outre le prix du meilleur jeu indépendant, celui du meilleur jeu d’action. Petite déception pour les amoureux de ce jeu acclamé par la critique : ne pas le voir décrocher le prix du meilleur jeu de l’année, pour lequel il était nommé.

Lire aussi Comment « Among Us », un jeu sorti discrètement en 2018, est devenu un succès mondial

A noter également, les prix reçus par deux productions françaises : meilleur jeu de simulation/stratégie pour Microsoft Flight Simulator, d’Asobo Studio ; prix du jeu « à message » pour Dis moi pourquoi, de Dontnod.

On citera enfin, pêle-mêle, les récompenses remises à Animal Crossing New Horizons (meilleur jeu familial), Les gars de l’automne (meilleur suivi communautaire), Phasmophobie (meilleur premier jeu), League of Legends (meilleur jeu esportif), No Man’s Sky (meilleur jeu service), Half-Life Alyx (meilleur jeu en réalité virtuelle), Patineur professionnel de Tony Hawk 1 + 2 (meilleur jeu de sport), Mortal Kombat 11 Ultimate (meilleur jeu de combat) et Bague Elden (jeu le plus attendu). Nommé dans la catégorie meilleur athlète d’e-sport, le Français ZywOo s’est incliné face à Showmaker.

Lire aussi notre test : Peut-être le plus beau jeu vidéo du monde, « Microsoft Flight Simulator » drague le grand public

A suivre en 2021

A la différence des cérémonies de remise de prix au cinéma, les Game Awards sont un exercice hybride, au cours duquel sont certes récompensés les jeux qui ont fait l’actualité, mais également annoncés ceux qui sortiront dans les mois à venir.

Une vingtaine de titres à venir en 2021 ou 2022 ont ainsi été montrés cette nuit – certains, pour la première fois. Voici notre sélection parmi les annonces :

L’un avait déjà été annoncé cet été, l’autre est une semi-surprise : Dragon Age et Effet de masse, les deux stars du maître du jeu de rôle sur ordinateur par le studio canadien BioWare, s’apprêtent à faire leur retour. Deux bonnes nouvelles donc, mais aussi une interrogation : que reste-t-il du savoir-faire de BioWare alors que se succèdent les annonces des départs de ses membres historiques ?

  • Les retours qu’on n’avait pas vus venir

En 2008-2009, le studio Turtle Rock, alors dans le giron de l’éditeur Valve, avait donné au monde deux excellents jeux de tir coopératif : le diptyque Laissé pour mort, dans lesquels une équipe de quatre survivants devaient progresser dans des Etats-Unis en proie à une invasion de zombies. C’est la première fois que l’on voit en action leur prochain jeu, Retour 4 Sang, qui ne fait pas que reprendre l’esprit du nom de son aîné : il lui repique apparemment également tout son principe. On ne s’en plaindra pas : Retour 4 Sang sera disponible le 22 juin 2021, mais il sera possible, en s’inscrivant au préalable, de s’essayer dès le 17 décembre à une version alpha.

Le protocole Callisto, quant à lui, rappelle beaucoup un autre jeu de la même époque : Espace mort, déclinaison zombiesque d’Extraterrestre, plongée claustrophobique dans un vaisseau spatial envahi de créatures plus qu’inquiétantes. C’est visiblement le même contrat que propose ce jeu développé par Striking Distance Studios, à la tête duquel on ne sera pas surpris de retrouver Glen Schofield, producteur exécutif du premier Espace mort.

Enfin, on vous épargnera la vidéo, car on n’y voit absolument rien de concret et encore moins d’intéressant, mais Microsoft a également annoncé le retour d’une licence qui en d’autres temps fut culte : Sombre parfait, dont les deux précédents volets sont sortis en 2005 sur Xbox 360 et, surtout, en 2000 sur Nintendo 64. Pour l’heure, on n’en sait pas tellement plus sur ce nouvel opus, sinon qu’il est baptisé L’initiative.

  • Des jeux français à l’affiche

Sans dire que le made in France a triomphé aux Game Awards, il s’est néanmoins fait une jolie place. On peut citer l’annonce du joli jeu d’aventure Partie ombragée de moi, développé par le studio Douze Dixièmes, et disponible immédiatement après la fin de la cérémonie, ou encore celle d’Donjon sans fin, par le studio Amplitude (filiale de Sega), relecture apparente de leur sympathique titre Donjon de l’infini.

Il pourrait aussi citer ici Route 96, par le studio montpelliérain DigixArt, mais on préfère le faire deux lignes plus bas pour des raisons qui vous paraîtront immédiatement évidentes.

C’était le fil rouge de la soirée, du moins en ce qui concernait les jeux indépendants. Au moins trois titres ont ainsi résonné comme des appels à prendre le large ou, plutôt, la route.

A commencer donc par Route 96, traversée de ce qui reste de l’Amérique de Donald Trump, expérience qu’on nous promet narrative et pleine d’embranchements, dans laquelle on est poussé par la nécessité vers une inatteignable frontière. Le jeu de DigixArt est prévu pour 2021.

Avec sa route et sa voiture, Route 96 joue sur les mêmes cordes qu’Routes ouvertes, le studio Fullbright (Rentrés chez eux, Tacoma), dans lequel on suivra les tribulations d’une jeune femme et de sa mère, sur la piste d’un secret familial encore tout à fait mystérieux.

Mais malgré le séduisant CV de Fullbright, c’est davantage vers Saison que s’est portée notre attention. Un futur jeu PlayStation 5, à la direction artistique très affirmée, dont on ne sait, là non plus, pas encore grand-chose, mais qui semble promettre de superbes balades à vélo dans un univers particulièrement envoûtant.

Parmi d’autres annonces plus ou moins notables : Désert cramoisi est un jeu d’action sud-coréen dans un univers médiéval européen (hiver 2021). Microsoft Flight Simulator sortira sur Xbox Series X|S cet été. Il faut être deux, le prochain jeu du studio Hazelight (Une sortie), sortira le 26 mars. Ark: Survival Evolved aura une suite en 2022, elle s’appellera Arche II, et Vin Diesel apparaît dans la bande-annonce. 2021 verra la sortie d’un jeu Evil Dead, d’un remake de Ghost’n’Goblins (prévu pour le 25 février) et de la collection complète des jeux Yakuza sur le Xbox Game Pass et sur PC (sortie échelonnée de janvier à mars). On avait oublié Retour et Nexus écarlate, mais ils sortent apparemment, respectivement, le 19 mars et cet été. Un énième jeu de cow-boy a été annoncé (Evil West), mais cette fois il y aura aussi des vampires.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *