Jeux vidéo: s’amuser avec des animaux virtuels


Pas envie d’affronter le froid pour sortir toutou? Pas envie d’être réveillé par les miaulements intempestifs de minou? Il n’y a rien de mieux qu’un animal de compagnie virtuel pour avoir tous les avantages d’une petite boule de poils… sans ses inconvénients domestiques!

C’est en 1995 que le premier jeu vidéo du genre fait son apparition sur les tablettes. Son titre? Dogz. Il est à ce point populaire (1,5 million de copies vendues mondialement) que la compagnie PF Magic sort Catz l’année suivante. Achetée via The Learning Company par Ubisoft en 2001, la franchise s’est vendue à 22 millions d’exemplaires, laquelle est déclinée depuis en Petz, incluant… La vie de hamsterz (pour Nintendo DS), Horsez (disponible sur Steam) et même Babyz, si on veut sortir un peu du contexte animalier.

L’année 1996 reste dans les annales puisqu’elle marque la mise en marché (en novembre, au Japon, puis en 1997 pour le reste du monde) des tamagotchis, ces créatures qui ne vivent que sur un minuscule écran de la taille d’une montre. Ce jouet, inventé par Bandai, devient non pas une mode, mais une malédiction… sans compter que la compagnie ne cesse d’inonder le marché de tamagotchis pour Nintendo 64, Nintendo DS, Sega Saturn, Game Boy, Windows 95 (si!) PlayStation et Wii… Les enfants sont à ce point accros à ces animaux qui peuvent mourir en moins d’une journée s’ils ne s’occupent pas d’eux que les écoles américaines interdisent le jouet! Mais cela n’empêche pas le délire de perdurer puisqu’en 2018… Les redoutables bestioles capables désormais de se reproduire élisent aussi domicile sur Android, iPod touch, iPad et iPhone, devenant ainsi omniprésentes.

Parce que Bandai estime que ses tamagotchis sont pour les filles, la compagnie lance, en 1997, les Digimon, contraction «masculine» de Digital Monster. En 2005, pas moins de 24 millions de Digimon avaient été acquis par des enfants à travers le monde et aujourd’hui, quelques titres — sans l’aspect «animal de compagnie» — sont disponibles sur Steam pour ceux qui veulent s’amuser à provoquer des combats de petits monstres.

Internet, nous voici!

Avec le développement d’internet, ce n’était qu’une question de temps avant que les animaux virtuels y élisent domicile. En 1999, Neopets (neopets.com) fait son apparition sur le web. Le site, toujours en activité presque dans sa forme originale, est une ode à ce phénomène de société qui a fêté ses 21 ans cette année. Les «neopoints», une monnaie virtuelle avec laquelle on peut acheter des objets, a toujours cours, les animaux ont une page Facebook, l’équipe du site annonce de nouveaux contenus (quêtes, etc.) et la communauté de joueurs est toujours bien active. Les «Neopets» se sont également transportés sur les téléphones avec Neopets: constructeurs d’îles, proposé en bêta (une version test) pour Android, afin de recueillir les commentaires des utilisateurs.

Voici d’autres titres pour les amateurs d’animaux virtuels:

Horse Isle 3: Wilds infinis: gratuit pour Mac, Linux et Windows. Parfait pour les amoureux des chevaux.

Les Sims 4: Chats et chiens: pour Windows, Mac, Xbox One et PS4. Cette extension pour Les Sims 4 comprend des chiens et des chats et permet aux joueurs de devenir vétérinaires.

Mon zoo gratuit: gratuit sur Steam pour Windows. Amusant pour qui veut se transformer en gardien de zoo et rendre ses animaux les plus heureux possible.

Tycoon du poisson et Poisson Tycoon 2: gratuits (achats en jeu au besoin) pour Android et iOS. Permettent de créer l’aquarium parfait en offrant plus de 400 variétés de poissons!

Grenouilles de poche: gratuit (achats en jeu au besoin) pour Android et iOS. Un magnifique jeu permettant de collectionner des grenouilles, de leur créer l’habitat idéal et de les échanger avec des amis.

La perte de temps utile de la semaine

WildCraft: Animal Sim en ligne 3D

Et si nous restions au royaume des animaux avec ce jeu d’aventures gratuit pour téléphones Android et iOS? Lorsque WildCraft: Animal Sim en ligne 3D démarre, le joueur peut incarner, au choix, un loup, un renard, un lynx… et quelques autres bêtes à découvrir. L’objectif est d’élever une famille et de vivre dans la nature. Évidemment, il est possible de jouer avec ses amis, d’explorer les lieux environnants et de se battre contre d’autres animaux sauvages. Le tout a été pensé pour tous les publics (que les parents se rassurent, il n’y a pas une trace de sang). Une bouffée d’air frais qui fait du bien!



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *