Le secondeur des Seahawks, KJ Wright, fait preuve de polyvalence et de capacité de jeu au cours de la 10e année


Ce n’était qu’une pièce en une carrière de 10 ans pleine de grands arrêts, de plats à emporter, de plaqués pour perte et de passes d’écran détruites, mais c’était une illustration parfaite de ce qui a fait de Wright l’un des meilleurs secondeurs de la NFL au cours de la dernière décennie, et de pourquoi il a si facilement géré un retour à un poste qu’il n’a pas joué depuis 2013, et si nous sommes honnêtes, une position qui ne serait pas son premier choix si cela ne tenait qu’à lui.

Wright a commencé sa carrière en tant que secondeur intermédiaire en raison d’une blessure au partant David Hawthorne, mais a ensuite passé la majeure partie de sa saison recrue et les deux années suivantes au second rang. Wright a très bien joué là-bas, mais est passé au secondeur du côté faible lorsque les Seahawks ont fait la transition de Bruce Irvin du côté défensif au point fort. Après avoir passé la majeure partie de sa carrière au point faible, Wright s’y sent plus à l’aise, mais quand Irvin s’est blessé au genou lors de la semaine 2, et avec les prochains meilleurs secondeurs de Seattle, Jordyn Brooks et Cody Barton, mieux adaptés pour le rôle du côté faible. , Wright a été invité à retourner à son ancien endroit.

Wright n’a pas vraiment célébré le mouvement, mais il a compris que c’était mieux pour l’équipe, et il a prospéré dans ce rôle, réunissant trois très bonnes performances lors de victoires sur Dallas, Miami et le Minnesota.

« Si vous aviez une idée des combats et des conversations que nous avons eues sur le changement de position », a déclaré le coordinateur défensif Ken Norton Jr. en riant. « Et maintenant qu’il joue si bien, c’est juste un témoignage de son éthique de travail, de sa polyvalence, de sa capacité à frapper les livres et à s’engager à être un joueur d’équipe. Il a certainement intensifié et nous en sommes ravis. Il a été un exemple pour tout le monde… Il a toujours été très spécial et polyvalent dès le premier jour, et maintenant en 10e année, rien n’a changé. Il a été capable de nous aider, il a pu être ce gars qui peut jouer à un haut niveau partout où vous le mettez sur le terrain. « 

Wright a plaisanté en disant que 10 ans d’expérience « ne m’ont pas mené loin, clairement » dans ces débats avec des entraîneurs sur sa position, mais ce n’est pas comme s’il avait commencé à bouder après avoir changé de rôle. En trois matchs depuis son passage à la place forte, Wright a enregistré 20 plaqués, deux plaqués pour perte, cinq passes défensées, une interception, un échappé forcé et un échappé récupéré.

« Je fais le côté faible depuis huit, neuf ans et j’y fais beaucoup de jeux », a-t-il déclaré. « Je sens que je peux être comme un général de terrain derrière le ballon et faire tous les contrôles et passer sur la touche. Quand je suis au Sam, c’est juste différent – je bourdonne beaucoup, je fais beaucoup de plaqués, se termine beaucoup. Alors oui, nous avons certainement des conversations à ce sujet. J’ai essayé de faire en sorte que (Norton) le change, cela ne s’est pas produit. Mais dans la vie, il faut juste tirer le meilleur parti de tout tu es, donc j’ai fait de mon mieux à Sam, j’ai fait beaucoup de pièces là-bas, donc ça va bien. « 

Il y a des différences dans les deux positions, notamment là où elles s’alignent, le secondeur du côté faible normalement hors de la ligne de mêlée non loin du secondeur central Bobby Wagner, tandis que le secondeur du côté fort est proche de la ligne de mêlée, prenant souvent des bouts serrés et avoir à définir le bord sur les jeux en cours d’exécution. Mais la connaissance considérable de Wright de l’ensemble de la défense signifie que l’ajustement n’a pas été trop important pour revenir à son ancien poste, comme l’ont montré ses récentes performances.

Et comme le note Wright, il n’a pas été de toute façon un changement de position à plein temps. Lorsque les Seahawks ont joué leur défense de nickel avec deux secondeurs sur le terrain, Wright retourne à son ancien emplacement par Wagner, ce qui signifie qu’il ne joue qu’une partie de chaque match au secondeur du côté fort lorsque les Seahawks sont dans leur défense de base. Traditionnellement, le secondeur du côté faible de la défense de base restait sur le terrain avec le secondeur du côté fort venant de nickel, donc Wright joue essentiellement deux positions à chaque match.

« Dans le grand schéma des choses, ça va être très bien », dit-il. « Je fais confiance à n’importe quel plan. Et la bonne chose à ce sujet est que sur nickel, je suis hors de la balle. Nickel, je suis à la volonté, donc j’obtiens le meilleur des deux mondes. »

La capacité de Wright à adopter un changement de position qui n’était pas son premier choix, puis à bien jouer, n’est que le dernier exemple de ce qui a fait de lui un joueur si respecté par ses coéquipiers et entraîneurs au cours de la dernière décennie.

« Il a été un excellent coéquipier à ce sujet et a dit: » Je ferai tout ce que vous voudrez que je fasse «  », a déclaré l’entraîneur des Seahawks Pete Carroll plus tôt ce mois-ci. « Et il a très bien joué, donc nous sommes excités à ce sujet. »

Carroll a ajouté que Wright est « un coéquipier parfait, il est vraiment un coéquipier parfait … Et il n’a pas vraiment survécu, il excelle à faire du bon travail. Donc ça dit tout sur lui je pense, mais il a parlé et crié fort sur qui il est pendant des années ici. « 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *